QuébecSpectacles
Littérature

Alix Paré-Vallerand : Traversée par la ville

L’offre culturelle de nos régions est foisonnante ! Il y a tant à voir, à lire et à entendre que, l’équipe de QuébecSpectacles vous propose à vous, curieux et curieuses de culture, d’entrer dans l’univers et les incontournables culturels de ceux et celles qui font la culture : les créateurs et créatrices d’ici ! 

...

Publié le : 24 août 2022

Et quoi de mieux pour lancer cette nouvelle série d’entretiens qu’une incursion dans l’univers de la poète Alix Paré-Vallerand, celle qui a fait de la ville de Québec sa fiction et son objet de création. 

Portant tour à tour les chapeaux de médiatrice culturelle séniore au Monastère des Ursulines, d'administratrice au sein du Bureau des affaires poétiques puis artiste active au sein du Collectif Ramen et dans différents spectacles littéraires, Alix s’implique de différentes manières dans cette ville qui la nourrit. Entre histoire et mémoire des lieux qui l’entourent, Roch-City, son premier recueil de poésie pour lequel elle reçoit une bourse de création Première Ovation, pose les bases d’un univers urbain, sensible, complexe et beau d’ordinaire. La vision d’Alix est cependant pleine de nuances :

« Je suis née, j’ai grandi et j’ai travaillé toute ma vie à Québec. Disons que je n’entretiens pas une vision carte postale de la ville. Cette ville me fascine tant dans sa laideur que dans sa beauté. J’ai trouvé mon cocon dans le quartier Saint-Sauveur, je compte y rester bien longtemps. C’est ma maison. »

Traversée par sa ville, Alix connaît les recoins de la Basse-Ville, où elle vit et elle écrit. Elle les voit évoluer et en témoigne dans ses poèmes. Dans sa fiction, c’est ainsi qu’elle le nomme, les lieux sont souvent plus importants que les personnages, quitte à devenir eux-mêmes personnages ou à les aliéner. 

« Pour écrire, je dois m’immerger, traverser les lieux, y retourner encore et encore pour en quelque sorte, les épuiser. Je suis fortement intéressée par l’histoire de la ville de Québec, avant d’épuiser un lieu, je m’informe, j’emprunte des livres. Dans le temps, j’allais souvent aux archives de la ville à la Bibliothèque Gabrielle-Roy! »

C’est précisément ce qu’illustre Le pont de toutes les douleurs, projet de création pour lequel elle a obtenu une résidence à la Maison de la littérature dont la sortie est prévue le 15 septembre prochain. La narratrice de ce récit poétique se fait dévorer et se laisse contaminer par la ville, dévoilant une vie intérieure encore plus vaste que Québec elle-même. Ce récit, l'autrice avait l’intention de le créer en organisant des fragments, récoltés çà et là, sur une longue période. Mais l’écriture, à l’Image des multiples rues, impasses et cul-de-sac, a entraîné Alix ailleurs.  Sans reculer devant une intersection inconnue, elle s’est ainsi vue détournée de son projet initial.

« Je m’en doutais, ma résidence prend un tour plus performatif. Nous sommes en plein Festival d’été, la ville grouille. Le bruit ambiant, les travaux dans la rue, la musique jazz du bar Ste-Angèle pénètrent dans l’appartement. Disons que ce n’est pas reposant : en tant que poète du chaos, ça m’inspire! Je me suis mise à produire des zines, à prendre des photos impromptues de mon corps dans l’espace. Grand paradoxe : je suis logée dans l’institution littéraire, mais j’ai envie de retourner à quelque chose de plus expérimental! En ce moment, je prépare ma sortie de résidence, sous la forme d’une performance. »

C’est un peu comme si son projet d’écriture, au lieu de se concrétiser, s’était matérialisé : elle s’est laissée inspirer par son environnement au point de s’y consacrer entièrement. Si comme nous, vous êtes curieux et curieuses d’assister à cette sortie de résidence qui prendra la forme d’une performance où Alix sera accompagnée de Jonathan Huard et de Lux. Il est possible de réserver sa place pour cette soirée qui promet de mêler foule estivale, bananes pourries et volutes de fumée, le 15 septembre prochain à la Maison de la littérature. 



Suggestions de l’équipe de QuébecSpectacles où la ville est à l’honneur

Fred Pellerin

La descente aux affaires

S’il en est un qui, au Québec, a su faire de son lieu de résidence une source inépuisable d’histoires désormais légendaires, c’est bien Fred Pellerin. Dans ce spectacle où le temps n’a pas emprise, nous renouons avec l’univers du célèbre conteur et de la mythique ville de Saint-Élie-de-Caxton pour une soirée toutes en rire et en poésie. 

Qu’est-ce qu’on a fait de nos rêves… Hommage à Sylvain Lelièvre

Qu’est-ce qu’on a fait de nos rêves… Hommage à Sylvain Lelièvre

Auteur, compositeur-interprète, Sylvain Lelièvre est sans doute celui qui a su le mieux capturer l’essence et l’âme de sa ville, Québec. Ses chansons Limoilou, La banlieue, la basse-ville, le Fleuve et de nombreuses autres témoignent de son enracinement à cette ville qu’il aura faite sienne. 

Les contes à passer le temps 2022

Les contes à passer le temps 

La Vierge folle revient prendre possession des voûtes de la Maison Chevalier! Cette année encore, iIs sont six à écrire ou à raconter Québec. Ensemble, ils et elles composent une fresque diversifiée et colorée, quelque chose qui, pour nous, ressemble à Québec. Québec sous la neige, Québec au soleil, Québec à la veille de Noël! 

Grosse-île 1847

Grosse-Île 1847 

Dans ce théâtre documentaire historique, les archives nationales servent à exposer la tragédie de ces hommes et ces femmes oubliés qui ont fait face à l’inconnu. Un retour sur notre passée pour tirer des enseignements et éviter, qui sait, les nombreuses crises qu’on nous prédit.  

Nous avons également profité de notre rencontre avec Alix pour lui demander quelques recommandations de sorties!