À l'avant-scène
Musique

Annie Frenette, l'artiste en coulisse

Dans l’univers du spectacle à Québec, Annie Frenette est partout, derrière ou devant la scène, mais jamais dessus.

...

Louis-Philippe Bouliane
5 février 2018

Elle travaille au Clap, est derrière la Ligue d’improvisation musicale, s’implique dans le monde du cinéma d’animation et a organisé d’innombrables événements. Dans l’univers du spectacle à Québec, Annie Frenette est partout, derrière ou devant la scène, mais jamais dessus.

«C’est dur de parler de moi. Je peux te parler de n’importe quel événement, mais parler de moi, ça arrive rarement», lance-t-elle. Celle qui a organisé d’innombrables spectacles, événements, projections et autres manifestations culturelles prouve à elle seule qu’il est possible d’avoir un grand impact sur la vie culturelle d’une ville en n’étant pas sous les feux de la rampe.

À l’âge de six ans, comme beaucoup d’enfants, elle était déjà obsédée par le monde du spectacle. En revanche, elle ne s’imaginait pas chanter devant une foule en liesse ou encore jouer des personnages plus grands que nature dans des films hollywoodiens. Les jeux d’enfant d’Annie Frenette étaient différents.

«Je faisais des spectacles partout dans la maison, mais ce n’était jamais moi qui jouais dedans. C’est moi qui les produisais, se souvient-elle en riant. Je ne savais même pas écrire, mais je rédigeais déjà des contrats. Les roses étaient pour les musiciens et les verts pour les chanteuses.»
-
Annie Frenette

Et il faut croire qu’elle a bien visé. «Aujourd’hui, ce que je fais dans la vie, c’est organiser des spectacles.» Si elle préfère s’effacer derrière les artistes et se concentrer à mettre en valeur leur travail, cela ne veut pas dire qu’elle a elle-même une personnalité effacée.

Au contraire, c’est par le contact humain que cette organisatrice hors pair a bâti sa carrière. Au fil des ans, elle a mis sur pied son réseau, «une toile d’araignée» comme elle aime l’appeler. C’est par la fidélité et la loyauté qu’on se taille une place dans son réseau, note-t-elle.

«J’aime travailler avec des gens agréables. Tu as beau être 100 % talentueux, si tu as un air de bœuf et que c’est difficile de travailler avec toi, ça se peut qu’on ne te rappelle pas», détaille-t-elle.

Une autre valeur importante pour elle est de toujours récompenser les artistes pour leur travail. «Chaque fois que j’ai mis quelqu’un sur une scène, il y avait un cachet qui venait avec. Je n’ai jamais fait travailler quelqu’un bénévolement. C’est un métier et les cachets, c’est important», relate-t-elle avec une grande fierté.

La passion pour le spectacle

Presque toutes les soirées d’Annie Frenette sont occupées par des spectacles, à ce titre elle est « une véritable martienne ». Ce qu’elle aime encore plus que de se retrouver face à face avec un artiste, c’est de partager ce plaisir avec d’autres. «Tu sais, des gens triste qui pleurent en dansant dans un show, c’est rare, ajoute-t-elle. Tout le monde devrait voir un show au moins une fois par semaine. C’est du bonheur pur et les hôpitaux seraient moins pleins.»

La passion d’Annie Frenette pour la musique l’a menée à assister à des tas de jams et d’improvisations impromptues, des moments qu’elle aurait aimé partager avec ses amis. «Tu ne peux pas raconter une improvisation musicale…»

C’est en partie pour partager ces moments magiques, ces petites pépites de temps béni qu’elle a participé à la fondation de la Ligue d’improvisation musicale de Québec, son «bébé».

Elle veut redonner envie aux gens de sortir. «Si à chaque match d’impro nous avons deux personnes qui ne sont pas sorties depuis des mois, et que l’impro leur donne le goût d’aller découvrir d’autre chose, on a gagné», conclut-elle.

Dans cet article