À l'avant-scène
Théâtre

Claude Montminy : continuer d’écrire quoi qu’il arrive

Pour la Journée mondiale du théâtre 2021, QuébecSpectacles présente un entretien avec Claude Montminy, auteur de pièces de théâtre, comédien, illustrateur, scénariste et codirecteur du Nouveau théâtre de l’Île d’Orléans.

...

Catherine Chagnon
30 mars 2021

BALADO – Écoutez le 3e épisode de la série balado #NOUSLETHÉÂTRE mettant en vedette Claude Montminy!

Vous avez manqué les épisodes 1 et 2 du balado #NOUSLETHÉÂTRE avec Mélanie Robinson et Amélie Bergeron? Vous pouvez les écouter! Épisode 1  Épisode 2

Disons-le, les amateurs et les amatrices de théâtre sont privilégiés dans les régions de la Capitale-Nationale et de Chaudière-Appalaches. D’ailleurs, Québec, où sont concentrés plusieurs lieux de diffusions spécialisés, est souvent décrite dans comme une ville de théâtre. Il va sans dire que les périodes de confinement liées à la pandémie ont eu un impact important sur l’offre théâtrale des scènes d’ici. Et la programmation destinée au jeune public, ce qui inclut les familles et les écoles, n’y fait pas exception.

Dans le cadre de la Journée mondiale du théâtre 2021, QuébecSpectacles vous propose une série d’articles et de balados pour vivre le théâtre autrement et découvrir ceux et celles qui l’animent! QuébecSpectacles a eu le plaisir de s’entretenir avec Claude Montminy pour jaser de l’écriture d’une oeuvre et du lieu où elle prend vie.

Quelques mots sur notre invité

Auteur d’une douzaine de pièces de théâtre, Claude Montminy est aussi comédien, illustrateur, scénariste et codirecteur du Nouveau théâtre de l’Île d’Orléans. Au printemps 2010, il obtient une maîtrise en littérature de l’Université Laval tout en continuant d’écrire pour la scène. La majorité de ses pièces sont des comédies, mais il a aussi écrit des contes modernes, des drames intimes et du théâtre musical.

Offrir des lectures publiques de textes pour garder les lieux vivants

QuébecSpectacles : L’année 2020 en est une d’exception en raison de la pandémie. La société et les individus qui la composent ont d’abord subi un choc, puis une période de déséquilibre s’est installée. Au fil du temps, on a été en mesure de s’adapter dans tous les secteurs incluant dans celui des arts et de la culture.

Tous les pans de notre vie ont été affectés. Au plan professionnel, comme auteur, comédien, et diffuseur avec le Nouveau théâtre de l’Ile d’Orléans de quelle manière s’est déroulée la dernière année?

Claude Montminy : Il y a deux aspects. D’une part, le côté diffuseur avec le nouveau Théâtre de l’île d’Orléans et, d’autre part, celui d’auteur de pièces de théâtre. Au printemps 2020, quand les salles de spectacles ont fermé, on a pris quelques semaines avant d’annoncer l’annulation de la saison d’été au théâtre de l’Île.

Puis, on s’est demandé ce qui pouvait être fait pour garder les lieux vivants. Les spectacles présentés avec distanciation physique à l’extérieur étaient possibles. Alors, on a présenté des lectures publiques de textes, toujours dans la comédie, car c’est la mission de notre théâtre. On a donc pu offrir une activité culturelle deux soirs par semaine à l’Île d’Orléans.


«[…] on s’est demandé ce qui pouvait être fait pour garder les lieux vivants.»
– Claude Montminy


QuébecSpectacles : Cela a dû faire tellement de bien au public!

Claude Montminy : Vraiment beaucoup de bien au public. Les gens ont apprécié et en plus, c’était très sympathique avec un très beau coucher de soleil. Il y a des comédiens qui sont venus et qui ont été généreux. Donc, on a pu leur donner du travail, ce qui était relativement rare à cette période-là dans la pandémie. Pour l’été prochain, on pourrait ouvrir de façon différente également.

QuébecSpectacles : Et du côté individuel, comme artiste, comment s’est vécu l’année pandémie?

Claude Montminy : Pour moi qui suis aussi auteur et scénariste, la fermeture des salles et, pendant un moment, l’arrêt des productions, c’est sûr que l’impact financier est très important. J’ai perdu au moins les deux tiers de mon salaire annuel. Heureusement, les activités de tournage et d’enregistrement ont peu ralenti. Comme je suis scénariste et que j’écris pour une émission jeunesse, cela m’a aidé. Mais sinon, ça aurait été difficile.

Réaliser l’importance de son métier d’auteur

QuébecSpectacles : Est-ce que la pandémie a eu un impact sur votre démarche de création, si elle en a eu bien sûr…?

Claude Montminy : J’ai continué à écrire pour les prochaines années et pour la télé. L’inspiration était là quand même. C’est sûr que mentalement, comme tout le monde, j’ai été affecté. J’ai eu des hauts et des bas, mais je dois dire que ça m’a permis de réaliser que mon métier de créateur est vital pour ma santé mentale.

La création me permettait de mettre de l’ordre dans ma vie, de m’échapper aussi en entrant dans la vie de mes personnages Donc, pour moi, la création m’a aidé jusqu’à un certain point à traverser cette période difficile.

QuébecSpectacles : Vous écrivez beaucoup de comédies. Comment faites-vous pour trouver l’inspiration par les temps qui courent?

Claude Montminy : Le processus d’écriture pourrait se comparer à de la méditation. On décide de sortir de nos pensées quotidiennes et de se plonger dans un autre univers. Que ce soit que soit du drame ou de la comédie, ça ne fait pas de différence.

Cela fait 15 ans que j’écris. J’ai une routine qui m’amène à créer du matériel tous les jours, peu importe ce qui se passe. J’écris sans juger la valeur de mon texte. Je le mets de côté. Quand j’y reviens, si c’est plate je peux en faire la réécriture.

Être auteur permet de réfléchir à l’autre

QuébecSpectacles : On dit souvent que théâtre fait oeuvre utile. Cela découle sans doute du regard que porte l’auteur sur la société. Quand vous regardez le fil des événements de la dernière année, qu’est-ce que vous observez?

Claude Montminy : Ce que j’écris est souvent proche de ce que je pense. À mon sens, la pandémie a fait ressortir davantage les bons côté de la société. Il y en a de moins bons évidemment. Cette année particulière a mis en lumière l’importance de la communauté, de se serrer les coudes, d’aider les autres, de comprendre leur situation.

Être auteur me permet de présenter des expériences humaines. Pour cela, il faut réfléchir et se mettre dans la peau de l’autre. Même dans les périodes les plus difficiles, il faut se forcer à imaginer comment les autres vivent. Il faut savoir être conciliant et empathique.

QuébecSpectacles : Lorsque votre oeuvre se matérialise sur scène et devant public, qu’est-ce que ça suscite en vous?

Claude Montminy : C’est une expérience en soi que de savoir que des centaines de personnes assises dans une salle de spectacle vivent la même expérience, ressentent des émotions ensemble.

La précarité du milieu théâtral régional

QuébecSpectacles : Quand on regarde la situation du milieu théâtral de nos régions, en Capitale-Nationale et en Chaudière-Appalaches, un milieu si talentueux animés par des artistes, des artisans, des professionnels, quel constat pouvons-nous faire après cette année de pandémie?

Claude Montminy : Je pense que cela a démontré la précarité des conditions économiques de la majorité des gens qui travaillent en théâtre dans nos régions. Je pense que c’est la chose la plus évidente. Malheureusement, des personnes se sont réorientées.

L’été dernier, cela a été très difficile d’annoncer l’annulation de la pièce au Nouveau Théâtre de l’Île d’Orléans. On travaille avec nos amis comédiens. C’est une des choses qui nous a fait le plus de peine.

***

Vous pouvez aussi consulter notre portail ou vous abonner à notre infolettre pour connaître la programmation de spectacles dans les régions de Capitale-Nationale et de Chaudière-Appalaches.

Dans cet article

   Blogue   
   Théâtre   
   Jeunesse   
Léa Fischer-Albert : célébrer la vivacité du milieu théâtral!
*Crédit photo David Mendoza Hélaine

BALADO – Écoutez l’entrevue complète!