Amoureux du spectacle
Musique

Roxann Arcand, vivre pour la musique

En fondant Le Knock-Out il y a bientôt cinq ans, Roxann Arcand, copropriétaire de ce disquaire qui fait aussi office de petite salle de spectacle, est parvenue à partager sa profonde passion pour la musique et les groupes d’ici. Roxann Arcand garde un souvenir vif de son premier spectacle. 

...

Louis-Philippe Bouliane
15 octobre 2017

En fondant Le Knock-Out il y a bientôt cinq ans, Roxann Arcand, copropriétaire de ce disquaire qui fait aussi office de petite salle de spectacle, est parvenue à partager sa profonde passion pour la musique et les groupes d’ici.

Roxann Arcand garde un souvenir vif de son premier spectacle. Elle résidait alors dans un village en périphérie de Québec, et c’est avec sa mère qu’elle s’est retrouvée pour la première fois devant une scène. « J’étais sûrement allée voir Le village de Nathalie aux Galeries de la Capitale avant, tient-elle à préciser. Mais ça ne compte pas. »

Donc, nous sommes à place D’Youville, au début des années 90. Âgée d’une douzaine d’années, Roxann est devant Jean Leloup. Pour elle, c’est une révélation. « Leloup, dans ce temps-là, c’était rock’n’roll », se souvient-elle. C’est la piqûre. Elle avait déjà usé sa cassette de L’amour est sans pitié, elle connaissait par cœur les paroles de ses chansons, mais rien ne la préparait à l’immense émotion que la musique live allait provoquer chez elle.

Par la suite, ses années d’adolescence sont ponctuées d’une multitude de spectacles. Elle traîne sa mère à des prestations de Vilain Pingouin, de Glass Tiger et, bien sûr, de Samantha Fox à l’Agora. « J’ai beaucoup de souvenirs avec ma mère à l’Agora du Vieux-Port », ajoute-t-elle avec nostalgie.

La musique live

Sa télé ne connaissait alors pas d’autre chaîne que MusiquePlus, et elle possède encore aujourd’hui ses cassettes VHS remplies de vidéoclips. Mais c’est vraiment durant une prestation live que Roxann communie réellement avec la musique et la foule.

«Je dis souvent que je vais mourir durant un show, blague-t-elle, mais seulement à moitié. Je ne prends aucune drogue et je n’en ai jamais pris de toute ma vie, mais je viens complètement “tiltée” pendant un spectacle, quand la musique est dans le prélart.»
- Roxann Arcand

Selon ses dires, nous avons d’ailleurs failli la perdre au spectacle des Sheriff il y a deux ans. Le groupe a offert deux heures de punk-rock à une salle Multi pleine à craquer. Le meilleur show de sa vie, d’après Roxann.

«Tu comprends pas, là! On capotait ben raide, genre  : au secours! J’étais tellement dedans que je me suis dit : “Ils vont m’achever, je vais faire une crise cardiaque ici, maintenant.”»
- Roxann Arcand

La proximité au cœur de tout

« J’aime les shows plus petits et intimes, précise-t-elle, là où il fait chaud. » Elle a bien entendu assisté à de nombreux spectacles au Colisée Pepsi ainsi qu’au Centre Vidéotron, mais ce n’est pas de ces performances à grand déploiement qu’elle garde les meilleurs souvenirs.

Metallica, Iron Maiden, Def Leppard et Guns N’ Roses sont évidemment des classiques tatoués dans l’ADN de Québec, véritable mecque du rock et du métal. Roxann déplore cependant que les gens de la région oublient parfois le talent local. « Je trouve ça un peu plate qu’à Québec on ne parle que des gros noms. Encore cet été, il y avait Voivod avec Metallica, mais tout le monde parlait de Metallica. Voivod, ce sont des gars de Jonquière qui tournent partout dans le monde. »

C’est pourquoi Le Knock-Out n’est pas un simple disquaire, mais bien un lieu de diffusion de la musique d’ici. Que ce soit en accueillant des prestations live, en organisant le Knock-Out Fest ou encore en gardant les albums des petits bands locaux en stock, Roxann Arcand est fière de faire sa part pour encourager le développement de la scène d’ici.

Dans cet article